Voyage

Sénégal Le parc national décaféiné de Niokolo Koba

Pin
Send
Share
Send
Send


Le parc national de Niokolo Koba décaféiné. Niokolo Koba est peut-être le meilleur parc national du Sénégal, où les espèces menacées telles que les léopards, les éléphants (je crains qu'il n'en reste plus), les lions, hippopotames, élands géants (la plus grande antilope du monde) et particulièrement Warthogs (Pumba, enLe roi Lion), des babouins et des singes, de nombreux singes, sur une superficie d’environ 900 000 hectares.


Phacochère

Parc national de Niokolo Koba

Et pourquoi dit-on le parc national décaféiné de Niokolo Koba? Parce que même si au Sénégal, ils essaient de comparer les safaris dans cette région avec ceux en Afrique de l’Est Kenya ou Tanzanie, cela n’atteint pas la semelle des chaussures. Pour ceux qui connaissent cette région, Niokolo Koba pourrait être une déception, pour ceux qui ne le savent pas, c'est une visite agréable à travers un paysage, saison des pluies, vert, très vert, comme si vous étiez au milieu d’une jungle, mais avec des animaux "rares". A la saison des pluies, il est très difficile de voir des animaux, il est vrai que voir des babouins, des singes, des phacochères et des antilopes est assez facile, mais voir des guépards ou des lions est plutôt une mission impossible, mais il est possible de les voir à la saison sèche, mais pas à la mêmes proportions qu'en Afrique de l'Est.


Niokolo Koba

Nous avons quitté Dakar à 6 heures du matin en partant l'autre Sénégal, Sénégal de kaos et de trafic et peut-être de prospérité. Nous prenons le route N1 en direction Kaolack - Tambacounda dormir dans Wassadou, un beau camp situé sur les rives du rivière gambia. La N1 est pavée sur tout le tracé, mais à l'exception du tronçon Fattick - Kaolac, la route est en parfait état, rien à voir avec les routes de l'est de la Casamance, curieusement, elles sont «pavées», mais pour voyager, vous avez besoin d'un 4X4 ... Quoi qu'il en soit Parfois, voir un chemin de terre, c'est comme voir une oasis dans le désert.


Kaolac

En chemin, il est possible de voir forêts de baobabs, à mon avis, l’un des plus beaux arbres de la planète, en plus de quelques Ceiba et une multitude de villages, rien à voir avec Dakar.


En route pour Tambacounda

Dans Tambacounda Nous achetons des provisions et jetons de l’essence dans l’une des rares stations d’essence de la région, car de cette ville poussiéreuse au sud, Kédougou, où est le pays Bassari, il n’ya pas d’autre commerce et il n’ya pratiquement aucun commerce. À Tambacounda, il est possible de dormir. Il existe des hôtels à l'entrée de Kaolac et à la sortie en direction du sud, mais à moins que vous n'arriviez la nuit, la meilleure expérience est de dormir dans le parc national, car l'atmosphère qui règne autour d'un parc Bruits de la nuit, vous ne le vivez pas tous les jours.

Après 9 heures de route nous arrivons à WassadouDeux jours nous attendaient avec l’idée de visiter le parc national et le fleuve Gambie. Wassadou est une petite ville avec un camp idyllique à l’extérieur, avec plusieurs chalets et une famille occasionnelle de singes. Arriver n'est pas facile, juste avant d'entrer dans la ville, après un pont, il fallait tourner à droite sur un chemin de terre pendant plusieurs kilomètres. Au début, on se croyait perdu, on ne signalait presque rien, et dans celui-ci, on a croisé plusieurs familles de babouins qui nous ont laissé un peu perplexes, et même s’il semblait que nous allions au bout du monde, non, après 10 minutes nous sommes arrivés au camp de Wassadou.


Wassadou

Pour aller au Niokolo Koba, vous devez être accompagné d'un guide et, bien sûr, apporter un 4×4. Si vous n'en portez pas, vous pouvez le louer au camp de Wassadou pour 116 000 XOF, un petit vol qualifié de 176 €, pour un groupe de 4 personnes. Si vous prenez une voiture, la chose change, il vous suffit de payer les services d'un guide.


Entrée de Niokolo Koba

Le lendemain matin, nous partons à 6 heures du matin en direction de l'entrée du parc, situé à 35 minutes de Wassadou. Comme nous y sommes allés gratuitement, à l’entrée du parc, nous devions faire appel aux services d’un guide, un bon moyen de découvrir des endroits cachés dans le parc.

© OpenStreetMap contributorsTélécharger

Être Août, le mois où de nombreux guides de voyage disent que le parc est fermé, le parc était bien sûr ouvert et vide, nous étions les seuls touristes dans l’ensemble du parc national. Parfois, les guides de voyage développent le voyageur et, dans ce cas, ils ont "bien compris".


Pistes de Niokolo Koba

En entrant dans le parc, nous avons pu constater que son gazon était excessivement haut, une mauvaise nouvelle pour voir des animaux. En entrant, nous pouvions apercevoir quelques antilopes et quelques dizaines de babouins dans une forêt de bambous, mais les pentes du parc étaient tellement inondées que, chaque fois que nous devions traverser une flaque ou plutôt un lac, nous devions nous arrêter. Vérifiez la profondeur de celui-ci. Nous étions à la saison des pluies et nous n’avons pas été surpris, une autre aventure.


Niokolo Koba

Après 2 heures nous arrivons à camp de lions, un camp sale mais un endroit idéal pour camper, surtout pendant la saison sèche. Ici, quand il pleut, il pleut vraiment et les nuits sont généralement assez copieuses, donc dormir dans le magasin pendant la saison des pluies peut vous faire passer une nuit inoubliable et une matinée avec de grands cernes sombres. Juste là, un groupe de phacochères paissait à l'aise, comme si notre visite n'était pas avec eux.

Peu de temps après, sur une piste percée de trous comme s’il y avait une pluie de météorites, nous avons atteint Simenti, à côté de la rivière Gambie. Bien sûr, l'endroit semblait désolant, et c'est censé être un hôtel pendant la saison sèche, mais si c'est le cas, j'ai bien peur qu'il ait besoin d'un travail soigné, car les pluies et l'humidité l'ont laissé presque en ruines. Nous y avons parlé avec des Allemands participant à une expédition scientifique et avec un gardien du parc, à qui nous avons demandé si nous pouvions louer un kayak pour voir les hippopotames. Le prix, environ 25 €, et le débit de la rivière nous ont fait penser que ce n'était pas une si bonne idée, alors nous avons abandonné. Voir des hippopotames à la saison des pluies, c'est comme jouer à la loterie et avoir une grosse touche…


Niokolo Koba

Nous avons donc décidé de nous arrêter pour manger. Nous avons décidé de nous protéger du soleil brûlant sous le toit d'une salle à manger extérieure en ruine de l'hôtel. Pendant que nous mangions notre luxueuse friandise, un sandwich au jambon serrano classique, certains singes nous ont regardés dans l’espoir de goûter quelque chose qui leur manquait à part quelques miettes. Peu de temps après, nous reprenons la marche avec l’espoir de voir des lion, le roi du parc.

En fait, nous n'avons pas vu de lions ni d'éléphants, et ce dernier est génial :), mais j'ai bien peur qu'il ne soit éteint dans la région. Les lions sont plus faciles à voir, mais pendant la saison sèche. Parfois, sur la route qui traverse le parc qui mène au pays Bassari, il est possible de les voir le matin de bonne heure, mais avec le progrès et le transit de camions venant du Mali à moyen terme, cela peut devenir inhabituel ou tout simplement irréalisable, comme est de voir les éléphants à Niokolo Koba.

Dans l'après-midi, une fois de retour au camp nous louons un bateau Pour voir les oiseaux et les hippopotames. Nous avons à peine vu le premier et nous n'avons même pas vu ce dernier de près, mais au moins nous avions l'illusion de savoir que nous marchions vers un lieu aussi énigmatique que le Country Bassari, mais c'est un autre voyage et une autre histoire. Javier Blanquer

Quand y aller

Ça dépend Au Sénégal, il y a deux saisons, la saison sèche et la saison des pluies. La saison sèche s'étend de novembre à juin et constitue le meilleur moment pour voir les animaux. En saison des pluies, il est plus compliqué et par exemple voir des hippopotames ou des lions est une mission pratiquement impossible. Par contre, les paysages sont beaucoup plus colorés.

Face aux routes, pendant la saison des pluies, les routes du parc sont des pièges à boue mais praticables. En saison sèche, la végétation est beaucoup plus rare mais les routes sont faciles à parcourir.

Comment arriver?

De Dakar sur la N1, il faut environ 9 ou 10 heures pour accéder au parc. Vous pouvez vous y rendre en taxi depuis la savane, mais le trajet peut prendre environ 14 heures.

Quoi porter

Un bon appareil photo avec un bon objectif bien sûr. Si vous allez au parc en groupe, apportez un coussin, car les fourgonnettes ou les voitures qui s'y rendent ne sont pas du tout confortables. Le meilleur, allez dans votre propre voiture.

Où dormir

Il y a plusieurs options. DansTambacounda Il y a plusieurs hôtels mais ceux-ci sont situés à 2 heures du parc. Pour le rapport qualité / prix, car ils sont généralement assez chers, nous recommandons l’hôtel situé à l’entrée de la ville, à côté de la station-service. En dehors du parc est Wassadou, notre choix, car il est situé dans un endroit incroyable à côté du fleuve Gambie. Pour les plus aventureux, il est possible de camper dans la intérieur du parcMais attention, il n'y a pas de service là-bas, pas même d'eau, vous n'avez donc besoin que de ce que vous devez apporter de l'extérieur.

Assurance voyage

Pour un tel voyage, il est préférable de contracter une assurance. Iati nous offre un offre pour les adeptes Voyagez gratuitement. Voyager ne vous dispense pas d'avoir un accident, d'avoir besoin d'un médecin, d'un transfert ou de prendre des médicaments. Ne jouez pas. Vérifiez l’assurance voyage en cliquant sur la bannière et vous aurez un 5% dans votre assurance pour être un lecteur de voyage gratuitement. Si vous souhaitez plus d'informations, cliquez ici.

senegalglobalpass

Pin
Send
Share
Send
Send